Résistants et noms de rue dans l'Allier

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

La question de la place des résistants dans la mémoire collective peut encore se poser. Si on trouve trace des noms de résistants tués au combat ou déportés gravés sur des plaques ou des stèles jalonnant nos routes ou encore sur les monuments aux morts, qu'en est-il de leur place dans les rues des villes de l'Allier ?

Il serait assez titanesque de vouloir faire une étude couvrant l'ensemble des villes de l'Allier, aussi il m'est plus simple de s'attacher à quelques villes qui on soit connu une importante activité de résistance ou d'où sont issus un certain nombre de résistants.

L'agglomération vichyssoise (Bellerive-sur-Allier, Cusset et Vichy) :

-Bellerive-sur-Allier : quatre rues gardent la mémoire de deux résistants locaux et de deux hommes politiques assassinés : Marcel BUISSON (mort en déportation), Marx DORMOY (assassiné), Jean FERLOT (fusillé) et Jean ZAY (assassiné).

-Cusset : treize rues portent les noms de quatorze résistants : André BAILLER (mort au combat), Pierre BERTHOMIER (exécuté), Georges BILLY (mort au combat), Jean BONNET (mort en déportation), Pierre BOUBET (mort en déportation), Georges FERRIER (exécuté en déportation), Armand GOBERT (mort en déportation), Jean LAFAURE (mort au combat), Fernand LAFAYE (mort au combat), Anne-Marie MENUT (fusillée), Raymond PORNIN (exécuté), Camille RAYNAL (mort en déportation), Raymond RONDELEUX (mort en déportation) et René THONIER (exécuté). Plusieurs rues ont été renommées en 1966. Il faut ajouter : le CCAS portant le nom d'Hélène LE CADRE (déportée), l'école Lucie AUBRAC, la maternelle Jean ZAY et le stade Jean MOULIN. Ce qui porte le total à dix-huit résistants honorés.

L'ANACR a répertorié les noms de rues en rapport avec la guerre à Cusset. et a rédigé les biographies des personnes répertoriées.

-Vichy : Seules trois rues portent des noms de résistants : Marc JUGE (fusillé, la rue a pris son nom en 1995), Roger KESPY (fusillé - le square a pris son nom après 1995) et Andrée PEQUET (rentrée de déportation), de plus ces rues sont complètement excentrées du centre-ville. La ville qui souhaite se démarquer de son passé de "capitale" de l'Etat Français aurait pu faire le choix de nommer des rues d'après les noms de résistants locaux tels le vichyssois Gabriel DIONNET tué au combat le 9 juin 1944 à l'âge de 19 ans ou encore d'après des résistants plus connus tels Jean MOULIN ou encore Jean ZAY exécuté à proximité de Vichy... Cette absence est assez incompréhensible.

Rues de l'agglomération vichyssoise

Gannat :

Cette commune était située dans la zone d'activité du camp FTP Dionnet-Marceau dont plusieurs membres seront exécutés à Gannat le 24 juillet 1944.

La commune garde la trace de 10 résistants via quatre noms de rue, trois noms de place et un nom de stade : Maurice BARROIN (mort en déportation), Jules BERTIN (mort en déportation), les frères Bernard et René BRUNEAU (le premier exécuté, le second mort au combat), André CAVARD (exécuté), Raymond CHAMBONNET (exécuté), Paul GUILLEBAUD (exécuté ; la place a été enregistrée au nom de "GUILBAUD"), Léopold MAUPAS (exécuté) et Maurice NUD (mort au combat). Seul Léopold MAUPAS n'est pas gannatois. Tous ces noms ont été attribués par une même délibération municipale datant de 1984. Le nom de Fernand PERRIN (déporté) a été attribué à la caserne des pompiers de Gannat, ce dernier étant pompier volontaire.

Rues et places de Gannat

Montluçon :

Cette ville était une importante zone d'activité pour la résistance communiste et FTP. La ville sera libérée au prix de violents combats du 20 au 25 août 1944. La ville compte d'ailleurs 32 plaques au noms de FFI et FTP tombés dans les combats (une seule rue porte le nom d'un des morts au combat : Jean-Louis GAYON).

La ville donne une place importante aux résistants puisqu'elle compte vingt noms de places, rues et voies qui célèbrent 22 résistants : Berthie ALBRECHT (militante communiste, décédée à Fresnes), Louis BAVAY (mort en déportation), Louis et Pierre BINET (exécutés), Pierre BROSSOLETTE, Marcel BUISSON (mort en déportation - une rue de Bellerive porte son nom), André CALLAME (mort en déportation), Danielle CASANOVA (responsable communiste morte en déportation), Robert CASTIN (pilote de chasse, volontaire du groupe de chasse Normandie), René DAMOUR (exécuté), général DE GAULLE, maréchal DE LATTRE DE TASSIGNY, Robert GAGNE (médecin FTPF et militant PCF), Jean-Louis GAYON (mort au combat), Pierre KAAN (mort en déportation - à noter une place à son nom à Néris-les-Bains), Eugène LETEVE (mort en déportation), Jehan MICHAUD (exécuté), Jean MOULIN (mort en déportation), Henri et René RIVIERE (résistants), Auguste SAVIOT (exécuté), Pierre SEMARD (responsable communiste, fusillé).

A noter qu'une rue s'appelle Rue du 14 août 1944 en hommage aux 42 fusillés de la carrière des Grises. Deux rues portent les noms d'exécutés : la rue BINET-MICHAUD et la rue DAMOUR-SAVIOT.

Places, rues et voie de Montluçon

Moulins

Nous avons pu comptabiliser onze noms de rues portant des noms de résistants, à savoir plus précisement ceux de huit résistants locaux, et ceux de trois personnalités : Jean-Marie BURLAUD (mort au combat), Marx DORMOY (assassiné), Jean Baptiste GABY (mort en déportation), Marc JUGE (a une rue à son nom à Vichy), Léopold MAUPAS (exécuté - a une rue à Gannat), Jean MOULIN, Jean Marie NEUVILLE (fusillé), Georges PERRICHON (mort en déportation), Charles RISPAL (mort en déportation), Pierre SEMARD (fusillé) et Maurice TINLAND (torturé, maire de Moulins en 1947). Plusieurs noms de rue ont été attribués par délibération du conseil municipal du 12 mars 1946.

Rues de Moulins

Conclusion :

On constate que les résistants locaux ont été extrêmement privilégiés dans les choix des noms. Les noms à stature nationale retenus sont ceux de Berthie ALBRECHT (résistante communiste, décédée à Fresnes), Pierre BROSSOLETTE, Danielle CASANOVA (résistante communiste morte en déportation), général DE GAULLE, maréchal DE LATTRE DE TASSIGNY, Marx DORMOY (homme politique de l'Allier), le célèbre Jean MOULIN, Pierre SEMARD (responsable CGT fusillé) et l'ancien ministère Jean ZAY (assassiné dans l'Allier). La palme  revient à Montluçon dont les rues comptent les noms de 7 personnalités.

Si la plupart des villes comptent un bon nombre de rues rendant hommages à des Résistants (22 pour Montluçon, 18 pour Cusset, 11 pour Moulins, 10 pour Gannat,  etc...), la ville de Vichy se distingue par le faible hommage rendu à ceux qui sont morts pour la Libération (seulement 3 noms) et ce alors que la ville essaie de se débarrasser de son image négative durant l'Occupation. Cette situation est donc doublement incompréhensible.

Sources :

Jeune chambre économique de Vichy et sa région, La mémoire des rues, dictionnaire des noms de rues de Bellerive, Cusset et Vichy, 1995

Jacques CORROCHER, L'espace urbain de Cusset à travers les âges, 2010

Jean DEBORDES, Vichy au fil de ses rues, 1996

Marcel GENERMONT, Vieilles rues, plaques neuves - les rues de Moulins, Avermes et Yzeure à travers les âges, 1972

Maurice MALLERET, Pour découvrir Montluçon de la meilleure façon, 2005

(mise à jour du 21/05/2017)

Commenter cet article

Aim'Rock 21/09/2016 00:21

Le principal stade de Cusset se nomme Jean Moulin

Henri-Ferréol BILLY 22/09/2016 20:04

Merci de me le signaler, je vais faire l'ajout dans mon article !

Alain-Michel 19/09/2016 18:51

Merci pour votre article sur les noms de rues dans l'Allier, je partage et mets un lien direct vers ce blog intéressant
http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

Henri-Ferréol BILLY 22/09/2016 20:08

Merci à vous