Les fusillés des vignes le 24 juillet 1944

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Ce week-end, un évènement tragique va une nouvelle fois être commémoré à Gannat, comme chaque année (cf. commémoration du 25 juillet 2015).

Les faits :

Le 24 juillet 1944, les gannatois découvraient aux Vignes les corps martyrisés de quatre résistants FTP :

-un inconnu identifié pourvu d'une fausse carte d'identité, en fait Léopold MAUPAS dit "Marceau" (30 ans), ouvrier et chef du Camp Dionnet ;

-Emile CAVARD dit "Jules" (32 ans), ouvrier plâtrier de Gannat ;

-Bernard BRUNEAU dit "Michel" (16 ans), étudiant de Gannat ;

-Raymond CHAMBONNET dit "Bruno" (32 ans), coiffeur de Gannat.

Ils apprenaient également que le cheminot gannatois Maurice BARROIN dit "Girier" (35 ans) avait été arrêté par les allemands, ainsi que son père dont la maison avait été brûlé.

Comment en était-on arrivé là ?

La chute du Camp Dionnet :

Comme nous l'avons déjà évoqué (cf. article ci-dessous), le 23 juillet les Camps FTP Dionnet et Chauvet sont attaqués par les allemands ce qui conduit à la dispersion des effectifs.

Le 23 juillet au soir, Maurice BARROIN, André CAVARD et un jeune FTP se présentent chez les parents BARROIN après avoir échappé aux barrages allemands. Ils sont rejoints le lendemain matin par Raymond CHAMBONNET, Léopold MAUPAS et un plus tard dans la journée par Bernard BRUNEAU.

Les amis et camarades sont mis dans la confidence et les réseaux s'activent. Tandis que le jeune FTP rentre chez lui, les cinq autres vont se cacher dans la cabane des vignes appartenant aux BARROIN sur un coteau derrière leur maison.

Les lieux du drame

Mais les différentes circulations entre le domicile des BARROIN et la ville attirent l'attention. Deux miliciens de Vichy sont vraisemblablement prévenus. Accompagnés d'une femme, ils repérent les maquisards cachés et alertent les allemands.

Vers 17 heures, des voitures et des camions allemands arrivent sur les lieux de leur cachette. Surpris et non armés, quatre FTP sont abattus sur place devant Mme CHAMBONNET qui les avait rejoints. Maurice BARROIN, n'ayant pas été touché par les coups de feu, est arrêté tout comme son père et Mme CHAMBONNET. La maison des BARROIN est pillée et incendiée.

Maurice BARROIN fera partie des derniers prisonniers à être évacués de la prison de la Malcoiffée de Moulins le 23 août 1944.

Un gannatois, qui avait dénoncé plusieurs personnes pendant la guerre, sera condamné et fusillé à la Libération pour ces faits, mais après examen il semblerait qu'il n'ait pas directement été impliqué dans cette affaire.

Monument des VignesMonument des VignesMonument des Vignes
Monument des Vignes

Monument des Vignes

Les noms des martyrs figurent toujours dans la mémoire collective car une stèle sera édifiée à la cabane des Vignes et qu'ensuite tous les cinq se sont vus attribuer une rue ou une place à Gannat comme nous l'avions indiqué dans notre article sur les noms de résistants donnés à des rues de villes de l'Allier.

Prochaine conférence :

Le détail des faits sera évoqué lors d'une conférence programmée le dimanche 18 septembre 2016 à Gannat à l'occasion des journées du patrimoine (plus d'informations fin août).

Commenter cet article