Un nom, un résistant : Georges BILLY à Cusset

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Nous continuons la série #UnNomUnRésistant avec celui grâce auquel je me suis lancé dans les recherches sur les FTP de la Compagnie FTP Dionnet-Marceau : mon lointain cousin Georges BILLY.

Son enfance :

Georges BILLY naquit le 12 novembre 1925 à la maternité de l'hospice de Vichy de Paul BILLY, façadier-stucateur âgé de 23 ans et de Marcelle BESSELIERE alors domiciliés à Bellerive-sur-Allier. Le couple aura également deux filles et s'installera à Cusset.

Paul BILLY adhère au PCF tout comme son frère Charles, ce qui explique que tout jeune, Georges s'implique également :

Il habitait avec sa famille l'ancienne Cité Ste Marie. Adolescent, il fut bouleversé par la vie difficile de cette époque où le patrimoine national pillé par l'occupant nazi provoquait dans de nombreuses familles des privations très dures. Il était révolté par l'attitude des miliciens et du régime de capitulation de PETAIN. Dès l'âge de 17 ans, il participa avec ses aînés aux distributions de tracts, au collage d'affiches qui appelaient à la Résistance.

Tract de 1966 du cercle de la jeunesse communiste de Cusset

L'entrée dans les FTP :

Chacun de leur côté, Paul et Georges sont recrutés par les FTP dirigés par Henri LEFORT sur la région de Vichy. Georges recevra le nom de guerre de "Radis" du fait de sa petite taille. Le 6 juin 1944 tous deux rejoignent le maquis du secteur auquel ils sont rattachés à Coutansouze en passant par la gare de Louroux-de-Bouble. Ce Camp prendra le 10 juin le nom de Gabriel Dionnet, du nom d'un jeune FTP tué au combat la veille.

Le père et le fils participent tous deux aux divers opérations du maquis.

Le 14 juillet Georges BILLY fera partie des membres du maquis qui défilent ce jour-là à Bellenaves, comme le prouvent une série de photographies prises ce jour-là, notamment un portrait de lui l'arme à la main :

Portrait de Georges BILLY pris le 14 juillet à Bellenaves

Portrait de Georges BILLY pris le 14 juillet à Bellenaves

Le 23 juillet, il parviendra à échapper à l'encerclement allemand. Georges se refugiera avec d'autres camarades à Bellenaves avant que le Camp soit recomposé pour passer à l'action.

La bataille de Broût-Vernet du 29 août 1944 :

Comme expliqué ci-dessous, le jeune "Radis" perdra la vie ce jour-là :

Parti en groupe sur le territoire de la commune de Bayet avec six camarades sous le commandement du sergent LAURENT dit « Damiette », le jeune BILLY dit « Radis » devait opérer contre une colonne allemande qui circulait sur la route nationale N°9 entre Broût-Vernet et Bayet. En position d'attaque dans un fossé bordé d'une haie et voyant s'approcher une auto-mitrailleuse ennemie, il fit feu sur le conducteur, mais à ce moment, repéré par le mitrailleur du véhicule, il reçut une rafale de mitrailleuse qui l'a tué sur le coup. Les camarades camouflés à distance n'ont pas été découverts malgré la colonne allemande qui suivait. Le jeune BILLY espérait capter cette auto. C'était le 29 août 1944.

Tract de 1966 du cercle de la jeunesse communiste de Cusset

Sa mémoire :

A la suite des combats son corps sera entreposé dans le cimetière de Chantelle avant qu'il ne soit réinhumé en hiver 1945 au cimetière de Cusset lors d'une cérémonie qui attira une foule importante. En 1965, le cercle de l'UJRF de Cusset pris pour nom celui de Cercle Billy en son hommage. Une rue portant son nom est inaugurée en novembre 1966 à Cusset :

Un nom, un résistant : Georges BILLY à Cusset

Rue Georges BILLY à Cusset

Enfin une stèle sera installée sur la commune de Bayet :

Ancienne et nouvelle plaque sur la commune de BayetAncienne et nouvelle plaque sur la commune de Bayet

Ancienne et nouvelle plaque sur la commune de Bayet

Son nom figure sur la stèle du monument aux morts de Veauce (ci-dessous) ainsi que sur le monument aux morts de Cusset.

Plaque du monument aux morts de Veauce

Plaque du monument aux morts de Veauce

Il avait 19 ans...

Article de la Montagne (1/9/2016) sur la cérémonie commémorative du 29 août 2016

Article de la Montagne (1/9/2016) sur la cérémonie commémorative du 29 août 2016

Commenter cet article