Fichier S et internement

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

J'ai précédemment fait paraître des articles sur un fichier S de l'Allier datant de 1943 ainsi qu'un article en deux partie sur les internés administratifs de l'Allier (ci-dessous).

L'actualité politique a fait que la question du fichier S et celle de l'internement administratif ont ressurgi de façon assez surprenante sur la place publique.

Avant de faire un petit retour historique en arrière, des explications de termes s'imposent :

-le fichier S est une des catégories du Fichier des Personnes Recherchés. Le S signifiant "atteinte à la sûreté de l’État". Ainsi, les personnes susceptibles ou ayant porté atteinte à la sûreté de l’État y figurent. (voir l'article du Monde sur le sujet).

-l'internement administratif est la procédure par laquelle par un arrêté un préfet prive de liberté une personne (en opposition au principe qu'il veut qu'il s'agisse d'une décision judiciaire). Actuellement le principe s'applique aux personnes en situation irrégulière (avec souvent une procédure judiciaire à la clé) et aux personnes hospitalisée sous contrainte (avec un contrôle du juge).

L'internement administratif en France :

A la déclaration de guerre de 1914 :

Au moment de la déclaration de guerre de 1914, les personnes considérées comme dangereuses figuraient dans le Carnet B qui recensait les anarchistes et les syndicalistes. Avant la déclaration de la guerre, la CGT avait organisé un grand meeting contre la guerre qui s'annonçait. Des pressions furent organisées par le gouvernement qui menaça les représentants de la centrale syndicale (qui figuraient sur le carnet B) de faire l'objet d'internements administratifs. Face à la pression, la confédération n'organisa pas de nouveaux rassemblements et seuls quelques anarchistes furent internés

A lire : Guillaume DAVRANCHE, trop jeunes pour mourir, ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), 2014). Voir le site consacré au livre : http://tropjeunespourmourir.com/

Les internés de 1938-1946 :

Il s'agit de la période durant laquelle l'internement administratif s'est énormément développé. Les premiers à le subir furent les républicains espagnols, puis les communistes à partir de 1939, les camps d'internement furent également utilisés pour tous les "indésirables" de la période. Sur ce vaste sujet, je ne peux que renvoyer à la thèse de Denis PESCHANSKI : Les camps d'internements français (1938-1946), 2000.

Comme j'ai pu l'indiquer dans mon article sur les camps d'internement, une partie des fichés S ont été internés.

Internements sous la guerre d'Algérie :

L'internement administratif fut réactivé sous la guerre d'Algérie et utilisé entre 1954 et 1962. Y furent envoyés des hommes et des femmes arrêtés tant par la police que l'armée "dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre publics".

Lire l'article de Sophie THENAULT, Personnel et internés dans les camps français de la guerre d'Algérie.

La logique de l'internement administratif :

Difficile d'être exhaustif sur un sujet aussi vaste portant sur trois périodes bien différentes. Cependant on voit clairement qu'en 1914 puis en 1939, le fichage puis l'internement administratif des gêneurs  a été utilisé, de façon encore plus massive en 1939 pour mettre de côté tous ceux qui pouvaient entraver l'effort de guerre du moment. Pendant la guerre d'Algérie, pas de fichier : l'armée elle-même procédait aux arrestations...

Commenter cet article

Maggie S 13/11/2016 23:06

C est très intéressant .

As tu prévu un article plus détaillé sur ce thème ?

Henri-Ferréol BILLY 16/11/2016 00:21

Non, pas vraiment car je n'ai pas assez d'éléments pour détailler plus...