Mon ancêtre collabo, présentation ! (partie 1)

Publié le par Henri-Ferreol BILLY

Après une petite mise en bouche sur la question (ici) nous pouvons enfin aborder la biographie de mon ancêtre "collabo". C'est parti !

Le 28 décembre 1870 à Faucogney (Haute-Saône) Eulalie CAZER accouche chez son oncle d'un petit Léon Paul. Le père est absent. La raison ? Il est prisonnier de guerre à Halberstadt en Prusse.

Halbertstadt

Un père militaire

Lucien François Edmond PRUNAUX, père de Léon et fils d'un instituteur, était militaire de carrière en garnison à Besançon. En décembre 1870, il était alors lieutenant au douzième régiment d'artillerie. Né en 1839 à Arbecey (Haute-Saône), il s'était marié à 29 ans après avoir entamé une carrière militaire dans l'artillerie à partir d'avril 1860. Il gravit les échelons au fur et à mesure.

A partir du 27 juillet 1870, il fait  partie de l'armée du Rhin, combat à Reischoffen et Sedan. Il est fait prisonnier de guerre le 1er septembre 1870 en même temps que Napoléon III et 83 000 soldats. Il est libéré le 24 mars 1871 et participe aux combats contre la Commune de Paris. En avril 1871 il devient chevalier de la Légion d'honneur avant de devenir officier en 1894. En 1872 il devient capitaine, avant de finir sa carrière comme chef d'escadron.

Un fils sur les pas de son père

Etudiant à Versailles, Léon s'engage volontairement au sein de l'armée en octobre 1890 pour l'école spéciale de St-Cyr. Il est ainsi nommé élève de première classe en août 1891. Il s'élève dans les échelons : caporal (octobre 1891), lieutenant au 1er bataillon de chasseurs (octobre 1892), lieutenant de 1ère classe (décembre 1898), capitaine au 29ème bataillon de chasseurs à pied (juillet 1904). La Grande Guerre le trouve au 4ème régiment de zouaves où il avait été nommé en décembre 1911. De mai 1912 à janvier 1913 il avait participé à une campagne en Tunisie.

LE TABLEAU D'HONNEUR  de la Guerre 1914 - 1918, paru dans le journal L'Illustration

LE TABLEAU D'HONNEUR de la Guerre 1914 - 1918, paru dans le journal L'Illustration

Léon s'illustre à la tête de son unité obtenant deux citations. Son jeune frère Victor, né en 1880, avait suivi les pas de son grand-frère (engagé volontaire, St-Cyr). Capitaine au 106ème Régiment d'Infanterie, il décède de ses blessures en février 1915.

Fiches de décès d'henry (source : Mémoire des Hommes)Fiches de décès d'henry (source : Mémoire des Hommes)

Fiches de décès d'henry (source : Mémoire des Hommes)

Quand à Léon, il continue de progresser devenant chef de bataillon en février 1915, change d'unité en octobre 1917 puis en avril 1918 avant d'être promu lieutenant-colonel en juin 1918.

La suite dans un prochain article !

Commenter cet article