La 22e brigade de Guérilleros de l'Allier

Publié le par Henri-Ferreol BILLY

J'avais laissé un peu de côté l'alimentation de mon blog sur les formations FTP de l'Allier. Je reprends le sujet avec un article sur les Guérilleros.

Nombreux sont les Républicains espagnols à avoir fui en France après la chute  de la République. Accueillis en France et internés, nombre d'entre eux ce sont retrouvés dans les Compagnies ou Groupements de Travailleurs Etrangers (CTE/GTE).

Perpétuant des années de luttes, on les retrouvera par centaines dans la rangs de la Résistance :

Environ six mille républicains espagnols sont tombés pendant la « bataille de France », dans les maquis, sur les fronts militaires, au travail forcé... « Ces hommes ne sont pas morts pour défendre leur patrie, ni leur famille, ni leur village, ni leur clocher, ni leur maison, ni leur compte en banque, mais simplement pour la liberté et la dignité. »

https://www.monde-diplomatique.fr/2006/07/LEMOINE/13637

Couverture de "Rouges. Maquis de France et d’Espagne. Les guérilleros"

Couverture de "Rouges. Maquis de France et d’Espagne. Les guérilleros"

Dans l'Allier on retrouve aussi plusieurs Républicains espagnols, certains venus en famille et qui seront parfois victimes de la répression comme la famille Blasco.

La situation des Guérilleros n'a pas encore fait l'objet d'étude particulière dans l'Allier, mais certains y travaillent. à l'heure actuelle.

On sait qu'un maquis de Guérilleros (devenu 22e brigade de Guérilleros) va se constituer à proximité d'Ygrande en lien avec les FTP.

Ygrande

Ils auraient été jusqu'à 80 formant une unité autonome. Fin juillet ils se déplacèrent dans la forêt de Civrais où se trouvaient d'autres formations de maquis (camp FTP du 14 juillet et compagnie Villechenon).

Le 8 août au matin, les Allemands lancent une attaque à proximité de la ferme des Bouillole et engagent le combat contre les maquisards causant 10 victimes dont deux civils.

C'est une contre-attaque des Guérilleros qui va provoquer le retraite des troupes allemandes.

Après avoir combattu et libéré le département de l'Allier, les Guérilleros prendront congé pour continuer d'autres combats. L'un d'eux dira que " leur travail était terminé en France ".

Commenter cet article

N
Bonjour,<br /> J'ai lu l'article avec intérêt et je voudrais apporter quelques compléments:<br /> Selon les écrits d'Ernest FRANCK, chef d'état major FFI de l'allier, il commandait 200 guérilléros<br /> Dans les années 85, Jean et Suzanne Bidault membres des milices patriotiques lors de la libération de Montluçon, ont interviewé un groupe de Guérilleros Espagnols ayant obtenu la carte de combattant volontaires de la résistance. De cette interview ressort notamment les nombreuses actions menées dans le département qui ont été validées par l'état major.<br /> Cette transcription est toujours disponible au Musée de la Résistance et de la Déportation de Montluçon.
Répondre
H
Bonjour. J'ai consulté certaines interviews des BIDAULT au musée de Montluçon. Je sais qu'un travail sur les Espagnols de l'Allier avait été entamé.