Maquisards ! le livre de Jean-Claude STIVER

Publié le par Henri-Ferreol BILLY

C'est un livre de poids qu'a publié Jean-Claude STIVER : plus de 1 kilo ! Mais au delà du poids, ce qui nous intéresse c'est le sujet du livre maquisards ! 

En effet, le livre s'intéresse à l'histoire du maquis de Dun-le-Poëlier et de la résistance bazellaise 1943-1944.

Dun-le-Poëlier

Il avait tout d’abord rencontré quelques-uns des acteurs encore vivants, parmi lesquels Jeannot Bizeau, Roland Despains et Maxime Bonnet. Pendant des années, Jean-Luc Stiver, aidé dans sa tâche par Jean-Louis Laubry, a ensuite écumé les archives de la gendarmerie, ainsi que les Archives de l’Indre, du Loiret, du Cher, du Loir-et-Cher et la Haute-Vienne. Cet ouvrage qui évoque le premier maquis de l’Indre, n’est pourtant pas qu’une affaire de chiffres. On y apprendra que ce ne sont pas toujours les plus courageux qui ont droit aux plus belles décorations.
Un énorme soulèvement ? Non, en mars 1943, ils sont trois – Jean Petit, André Desroches et Georges Bray – à prendre le maquis. Un si petit nombre s’explique : la clandestinité coûte entre 30 et 40 francs de l’époque, par jour et par maquisard. Leur terrain de clandestinité ? La forêt des Tailles de Ruine, située entre Indre et Loir-et-Cher, et la forêt de Vernusse. Les actions se font à vélo. La première est un affichage effectué à Chabris, en juin 1943, avant des opérations de sabotage de voies ferrées. Puis l’exécution d’un collaborateur de Chabris.
Destins contrastés
« Le groupe qui se compose de sept personnes à l’automne 1943, vivra en pleine nature jusqu’à la libération », poursuit Jean-Luc Stiver. La brigade de gendarmerie de Saint-Christophe-en-Bazelle soutient les résistants. Pas celle de Chabris. En juin 1944, les effectifs ont explosé avec une centaine de maquisards. Trente-huit civils et maquisards perdront la vie lors des combats du 11 juin.
La libération survient. Pas de cadeaux pour les révoltés de la première heure. Si Jeannot Bizeau finira colonel de l’armée française, ses autres compagnons d’armes connaîtront des destins plus contrastés. Le triste sort de certains de ces maquisards est aussi la démonstration du droit des peuples à l’ingratitude. A lire pour ne jamais les oublier.

https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/l-incroyable-histoire-du-premier-maquis-indrien

Je n'ai pas lu le livre, mais je compte bien prochainement le faire ! L'histoire d'un maquis ne manque évidemment pas de m'intéresser.

présentation du livre (documents communiqués par Jean-Claude STIVER)
présentation du livre (documents communiqués par Jean-Claude STIVER)présentation du livre (documents communiqués par Jean-Claude STIVER)

présentation du livre (documents communiqués par Jean-Claude STIVER)

Commenter cet article