"150 ans en République" : vraiment ?

Publié le par Henri-Ferreol BILLY

Le 4 septembre, l'Élysée a fêté "150 ans en République". Évidemment, cela questionne... 

Le discours du président de la République est assez surprenant. Jugez en vous même :

C'est lui [Gambetta] pourtant qui ressuscita la République, ce régime politique de liberté sur lequel nous vivons depuis 150 ans.

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/09/04/150-ans-en-republique

Déjà, le discours exclue complètement les Ière et IIème République qui ont constitué des étapes avant l'apparition de la IIIème. Mais surtout et la phrase issue du discours est claire : il y aurait 150 ans ininterrompus de République ! Exit le Régime de Vichy qui a pourtant enterré la IIIe République !

Ensuite, il ne faut pas oublier que les débuts de la nouvelle République ne s'est pas faite sans cahots. La répression de la Commune de Paris se fera dans le sang avec environ 20 000 victimes durant la Semaines sanglante.

Le devenir du régime en une République n'était pas forcément écrit, les forces monarchistes étant fortes à l'époque et le régime ne sachant sur quel pied danser. 

Rompant le pacte de Bordeaux, qui consistait à renvoyer à plus tard la question du régime, et qualifiant la République de « régime qui nous divise le moins », Thiers déclare fin 1872 à l'Assemblée : « La République existe, elle est le gouvernement légal du pays. » Les droites s'unissent autour d'Albert de Broglie contre Thiers et le 24 mai 1873 une interpellation est adoptée par 360 voix contre 344. Thiers démissionne. La majorité royaliste le remplace par le Maréchal de Mac-Mahon, désigné par 390 voix sur 721 présents, compte tenu de l'abstention de toute la gauche ; il s'agit de préparer le rétablissement de la monarchie. Le Comte de Chambord, petit-fils de Charles X, qui aurait pu régner sous le nom d'Henri V, refuse dans une lettre publiée le 30 octobre 1873 dans le journal monarchiste

http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/histoire-de-l-assemblee-nationale/la-troisieme-republique-1870-1940#node_2075

La constitution n'arrivera qu'en février 1875, une constitution presque par défaut.

En plus de débuts difficiles, la IIIe République traversera de très nombreuses crises politiques (crise de 1877, boulangisme, affaire Dreyfus...) et de nombreux changements de gouvernements .

La République va sortir victorieuse de la guerre de 14-18, va résister aux poussées fascistes des années 30, voir le front populaire avant de tenter d'échapper à la guerre via les accords de Munich avant que son assemblée nationale ne vote son suicide le 10 juillet 1940 à Vichy au bout de 69 ans d'existence et une vie chaotique.

A lire, le commentaire d'un historien sur le discours de Macron :

Publié dans Histoire

Commenter cet article