4 février 1944 : attaque du maquis de Châtel-Montagne

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Dans une précédente série de deux articles ci-dessous, j'avais raconté l'histoire des différents maquis des Bois Noirs. (à lire en préalable de cet article) Dans le présent article, je vais raconter la preuve histoire d'une des formations issues de ce ces différents maquis : le maquis appelé couramment "maquis de Châtel-Montagne" qui était en fait le maqios FTP Danielle Casanova.

La constitution du maquis :

Suite à l'attaque du 15 novembre 1943, les différents maquis ont été démantelés et ont dû se déplacer. Le 21 décembre 1943, deux groupes se retrouvent à La Pourrière sur la commune de Châtel-Montagne.

La Pourrière

Les 25 à 30 hommes présents décident ce jour-là de passer aux FTPF et désignent un triangle de commandement selon le mode d'organisation des FTP :

-Bernard SAUMANDE, commissaire aux effectifs (CE) ;

-Georges GOUVERNEUR, commission aux opérations (CO) ;

-Julien CHARPENTIER, commissaire technique (CT).

Ils se dotent même d'un responsable du renseignement en la personne de Georges WEISS. Ce passage aux FTP est dû notamment au rôle politique qu'avaient pu exercer différents communistes vers septembre 1943 et à la volonté d'action des jeunes maquisards.

L'attaque du 4 février 1944 :

Le maquis mena différentes petites actions et projetait même d'en réaliser d'autres, mais son destin bascula. Le 3 février 1944, Georges GOUVERNEUR est arrêté en gare de Mayet-de-Montagne par les gendarmes accompagnés du milicien Emile FRADIN tandis que Georges WEISS parvient à s'enfuir.

Le maquis décident de mener une opération contre la gendarmerie du Mayet pour libérer Georges GOUVERNEUR, mais il n'y est plus détenu.

Le lendemain matin, alors que le camp dort encore, Georges GOUVERNEUR guide les GMR qui attaquent le maquis et capturent vingt-trois hommes qui seront ensuite tous déportés. Les biographies de chacun des déportés est consultable sur le site de l'AFMD.

Bernard SAUMANDE, qui était en opération, est arrêté le 5 février en gare de St-Germain-des-Fossés. Il sera fusillé le 15 mars 1944.

Quand à Georges GOUVERNEUR, il continuera à travailler pour la Milice. Il sera arrêté à la Libération. En juin 1945, il réussit à échapper à un lynchage public qui sera filmé. Il passera devant la cour de Justice de l'Allier pour l'ensemble de son oeuvre le 5 juillet 1945 : il sera condamné à mort. Mais grâcié par DE GAULLE il décèdera libre en 1984.

Valmy (6 juillet 1945)

Valmy (6 juillet 1945)

Commenter cet article