Un nom, un résistant : Henri KRASUCKI à Paris

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Si Henri KRASUCKI est bien connu comme secrétaire général de la CGT, son passé de résistant est beaucoup moins connu.

Henri KRASUCKI nait en 1924 en Pologne. Deux ans après, son père Isaac fuit le régime et s'installe à Paris où il sera rejoint en 1928 par sa femme et son fils. Isaac KRASUCKI milite à la CGTU du textile.

En 1939, Henri KRASUCKI doit interrompre ses études pour chercher du travail. Son père continue à militer dans la clandestinité et participe à des actions de sabotages. Henri KRASUCKI intègre les Jeunesses Communistes en 1940 et participe ensuite à des actions tant de contre-propagande que des actions armées. Il est nommé en 1942 à un poste à responsabilité par Adam RAISKI au sein de la section juive des FTP-MOI.

Isaac KRASUCKI est arrêté le 20 janvier 1943 et envoyé en déportation où il mourra. Filé depuis le mois de février 1943 par la Brigade spéciale de la préfecture de Paris, Henri est arrêté le 23 mars 1943, ainsi que sa mère.

Portrait d'Henri KRASUCKI après sa capture en 1943

Portrait d'Henri KRASUCKI après sa capture en 1943

Il est torturé et battu, parfois en présence de sa mère. Il ne livre personne. Il sera finalement interné à drancy avant d'être envoyé en déportation le 22 juin 1943 à Auschwitz puis Buchenwald. Il est liberé le 11 avril 1945.

A son retour de déportation, il passera un CAP d'ajusteur et intègre la CGT. Il dirigera La Vie ouvrière à partir de 1964. En 1982 il succède à Georges SEGUY à la tête de la CGT jusqu'en 1992.

Décédé en 2003, une place du 20e arrondissement de Paris porte son nom depuis 2005.

Place Henri KRASUCKI Paris-20e

Place Henri KRASUCKI Paris-20e

Sources :

-le site de la Fondation de la Résistance

-Bruno FUGINI, La France rouge, 2011

Commenter cet article