Un nom, un résistant : Georges MAURAS d'Ardes sur Couze

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Tout promeneur entrant dans la vallée de Chaudefour passe devant cette stèle :

Stèle pour Georges MAURAS

Stèle pour Georges MAURAS

Elle a été érigée en l'honneur de Georges Antoine MAURAS, né le 17 novembre 1919 à Ardes-sur-Couze (Puy-de-Dôme) et fusillé le 2 août 1944, visiblement à l'emplacement de cette stèle. Après guerre, il sera homologué post-mortem FFI (forces françaises de l'intérieur) et DIR (déporté et interné de la résistance). Au vu des données en notre possession, résistant, il a dû être capturé par les allemands qui l'ont exécuté par la suite.

Stèle de Georges MAURAS

Son nom apparaît dans deux dossiers du Service des Recherche des Crimes de Guerre Ennemis conservés aux archives départementales du Puy-de-Dôme :

-le dossier 908W18 : Issoire (région). 1944, juin-août : arrestations, déportations et pillage à Chambon, Neschers, Sauvagnat, Mareugheol, Saint-Nectaire et Creste. 1944-1946

-le dossier 908W185 : Saint-Victor-la-Rivière, Verrières. 1944, août : assassinats. 1946

Le Service de Recherche des Crimes de Guerre Ennemis (SRCGE) :

Le 24 octobre 1944, une ordonnance créa, à titre temporaire, un Service de recherche des crimes de guerre ennemis, placé auprès du cabinet du Garde des sceaux pour centraliser les informations relatives aux procédures en cause, de coordonner l'activité des services intéressés, "d'activer et d'assurer toutes recherches et enquêtes en vue de permettre la découverte des crimes commis par l'ennemi, la constitution des dossiers les concernant, l'ouverture de poursuites". Le 6 décembre 1944, un décret donnait au directeur du SRCG de requérir les officiers de police judiciaire pour la recherche ou la constatation des crimes de guerre, rassembler les preuves et en rechercher les auteurs ; ces attributions pouvaient être déléguées aux responsables des services régionaux dont la création était prévue. Ce même décret décidait que les dossiers constitués par le SRCG "vaudront en justice comme enquête de police judiciaire".

AD 03

Commenter cet article