Exemple de migration au début du XIXe siècle : les BILLY d'Escurolles

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Dans ce nouvel article, je présente l'exemple d'une migration d'origine paysanne sur trois générations avec ma famille, les BILLY.

1ère génération, le couple BILLY/BRESLE (1794-1812) :

Claude BILLY dit "le jeune" naît le 28 juin 1767 à Gannat. C'est le dixième enfant sur onze de Claude BILLIER et de Anne MARTIN. Ses six frères et soeur qui atteindront l'âge adulte se marieront et vivront à Gannat. Dernier de la famille, il part à Escurolles où il épouse à l'âge de 26 ans en 1794 à Escurolles Marguerite BRESLE. Leurs neuf enfants naîtront tous à Escurolles entre 1795 et 1812.

2ème génération, leurs enfants (1817-1879) :

1) Vers Clermont-Ferrand :

Le fils aîné du couple est le premier à faire mouvement : en 1817 Jean (1795-1849) se marie à Charmes, après être passé par Aigueperse, avant de s'installer avant février 1825 à Clermont-Ferrand. Vers 1827 il est rejoint par sa soeur Marie qui épouse en 1829 un plâtrier, entrainant les BILLY dans les métiers de la plâterier comme nous l'avons précédemment indiqué.

Marguerite BRESLE décède le 19 mars 1830. Claude rejoint alors ses enfants à Clermont-Ferrand avec son dernier fils Gilbert qui installera durablement la famille dans la plâtrerie (voir article ci-dessous).

Présentation simplifiée des BILLY

Présentation simplifiée des BILLY

2) On reste à Escurolles :

Deux fils du couple BILLY/BRESLE restent à Escurolles.

Le troisième enfant, Jean (1797-1844), se marie en 1820 avec une Gannatoise. Le couple aura quatre enfants. Le fils migrera à Clermont-Ferrand en 1848, une fille partira au Mayet-d'Ecole tandis que les deux autres resteront, seules de leur famille, à Escurolles auprès de leur mère.

Son frère Antoine (1802-1877) s'y marie également, par deux fois : en 1825 et 1841. Il aura neuf enfants. Les sept qui atteindront l'âge adulte partiront tous d'Escurolles. Entre 1858 et 1864, lui et sa seconde épouse feront de même et s'installeront à Varennes-sur-Allier.

3) Route vers le sud, Gap et Marseille :

Le septième enfant, Antoine dit "Jules" (1807-1855) se marie en 1833 à Gap puis en 1849 à Marseille. Il sera cuisinier et aura sept enfants de ses deux unions (cinq sont décédés très jeunes). En 1849, il s'installe à Clermont-Ferrand (apparemment sans sa seconde épouse dont nous ne connaissons pas la destinée) et il y décède en 1855, y laissant son fils Joseph dit "Eugène".

Carte des mouvements de la 2e génération

3ème génération, leurs petits-enfants (1849-1884) :

1) Installation définitive à Clermont-Ferrand :

Trois des enfants du couple BILLY/BRESLE se sont installés à Clermont-Ferrand où leur père décède en 1838. Ils seront rejoints par deux de leurs neveux en 1848 : Jean dit "Baptiste" (1833-1908) et son cousin Antoine (1835-1862).

Jean s'installe durablement à Clermont-Ferrand où il aura sa postérité (voir ci-dessous) tout comme son oncle Gilbert arrivé en 1830.

2) Les derniers à Escurolles :

Comme indiqué plus haut, de la troisième génération, ne resteront à Escurolles que deux petites-filles qui y auront leur postérité : branches DORAT et VACHER.

Leur soeur Marie (1824-1868) se marie et décède au Mayet-d'Ecole. Son fils assurera la postérité à Broût-Vernet en étant passé à Châtel-de-Neuvre et Moulins.

3) Varennes-sur-Allier :

Comme indiqué plus haut, une bonne partie des enfants d'Antoine BILLY (1802-1877) s'installe à Varennes-sur-Allier. Deux filles s'y marient en 1855 et un frère en 1856. Une soeur se marie en 1867 à Créchy mais s'installe à Varennes. Enfin, le dernier des enfants, venu sûrement avec ses parents s'y marie en 1871. Ils auront tous leur postérité à Varennes, sauf Marie (1832-1886) qui après s'être mariée à Varennes et y avoir eu un enfant, va ensuite à Saint-Loup, Saint-Gérand-de-Vaux, Sanssat et enfin Billy.

4) Entre Vic-le-Comte et l'Allier :

Un seul des enfants d'Antoine BILLY (1802-1877) ne suivra pas les autres : Jean (1843-1897). Il s'est probablement formé au métier de plâtrier dans sa famille clermontoise. En 1866 il se marie à Vic-le-Comte et y a cinq enfants entre 1866 et 1875. Ensuite, il semble que son couple ait connu quelques difficultés : en 1878 une dernière fille naît à Moulins alors qu'il habite à Varennes et en 1888 quand une petite-fille (illégitime) naît, il est considéré comme étant décédé alors qu'il est toujours vivant. Il décèdera à Saint-Amant-Tallende en n'ayant visiblement gardé que des liens avec son fils Annet.

5) L'attirance parisienne :

Paris attirera une partie de la descendance des BILLY : Françoise TABOURET s'y marie en 1870 et y a un enfant.

Joseph dit "Jules" (1837-1898) après avoir exercé la profession de plâtrier à Clermont-Ferrand et s'être marié en 1869 avec sa cousine Marie-Louise (1843-1902) part s'installer après 1884 avec sa femme institutrice à Montrouge. Ce départ a dû avoir lieu en même temps que celui de la soeur de cette dernière, Marie (1836-ap. 1902) qui s'installe à Montrouge avec son mari et leurs trois enfants qui s'y marient sur Paris entre 1887 et 1902 et y auront des enfants.

Déplacements de la 3e génération

Petite conclusion :

Cet exemple de migration familiale permet de montrer cette migration de la petite paysannerie qui ne possède pas de terres et qui est obligée de quitter la campagne pour rejoindre des villes de la région : Varennes-sur-Allier, Clermont-Ferrand... Cette dernière servira même de tremplin pour Paris, car la migration appelle généralement la migration et si une partie de la famille s'installe, d'autres continueront de bouger soit dans la 3e génération, soit dans les suivantes.

Publié dans Histoire, Généalogie

Commenter cet article