Les Francs-Tireurs et Partisans Français : organisation locale

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Ce troisième chapitre de l'histoire des FTP fait suite au précédent consacré à leur organisation au niveau national.

Chapitre 3 : organisation locale des FTP

Nous allons présenter l'organisation typique des FTP au niveau des départements en partant de l'échelon de base jusqu'au niveau départemental.

Il faut préciser que l'organisation qui nous présentons est l'organisation "type", telle qu'on pourra la retrouver dans un bon nombre de départements à la Libération. Des groupes seront la plupart du temps créés par des initiatives locales soit sur la base de groupes de l'ancienne OS (Organisation Spéciale) soit par des initiatives de militants communistes. La constitution de ces groupes structurera par la suite l'organisation du département en permettant la création d'un EMR (Etat Major Régional, c'est-à-dire départemental) en 1943 (ex. Allier, Cantal...), de détachements structurant des groupes sur un ou plusieurs cantons, puis la constitution de compagnies pouvant comprendre des maquis et enfin à partir de la fin de l'été 1944 des bataillons rassemblants les compagnies.

Schéma de l'organisation type des FTP au sein d'un département

Schéma de l'organisation type des FTP au sein d'un département

*L'échelon de base : le groupe

Au départ l'organisation de base était un triangle composé de trois hommes. Avec le passage actif à la lutte armée la base de l'organisation devint ce que l'on appelait un groupe : huit hommes qui élisaient parmi eux un chef de groupe et son adjoint. Le groupe pouvait se diviser en deux, le chef prenant la tête de trois hommes et son adjoint la tête de trois autres. Des groupes étaient constitués dans les villes et certains villages.

Chaque groupe est une école de combat formant des cadres pour d'autres groupes et plus tard des unités plus importantes.
Le groupe se réunit pour agir, à l'endroit et au moment choisis par lui, déclenche une attaque inopinée, brutale et brève, puis se disloque et disparaît, rendant sans objet une contre-attaque et plus difficiles les recherches policières ; la reconnaissance des itinéraires de repli, l'organisation de la protection éventuelle du décrochage ont une importance capitale.

Charles TILLON, Les FTP, la guérilla en France,1967

*Le détachement FTP

La formation supérieure à laquelle appartient le groupe est un détachement qui était dirigé par un triangle de commandement composé d'un CE, d'un CO et d'un CT. Le détachement comprend deux à quatre groupes, soit de seize à trente-deux hommes. L'effectif d'un détachement pouvait être mobilisé pour mener des grosses opérations (sabotages ou attaques importantes).

Le détachement est composé de quatre groupes au maximum, le chef de détachement assure seul la liaison avec l'échelon supérieur.

Charles TILLON, Les FTP, la guérilla en France,1967

*La Compagnie ou le Camp

Lorsque trois ou quatre détachement opèrent dans une zone relativement restreinte, ils peuvent être organisés comme une compagnie.

Charles TILLON, Les FTP, la guérilla en France,1967

L'échelon supérieur du détachement est la Compagnie composée également d'un triangle de commandement. Les compagnies couvraient des zones assez importantes. Leurs effectifs ne seront jamais complètement rassemblés (il s'agit d'environ 150 hommes) sauf à la toute fin de la guerre pour les opérations les plus importantes, comme la libération de villes.

Une Compagnie pouvait comprendre des détachements de maquisards rassemblés au sein d'un camp qui comptait alors un commandement propre également composé d'un triangle de commandement, ainsi que des détachements de sédentaires (ou légaux). Les légaux étaients des FTP qui pouvaient mener une existance légale n'étant pas pourchassés et se rassemblaient pour mener des actions de nuit en appui des maquisards.

Maquisards FTP de Serre de Pérou (Ardèche)

Maquisards FTP de Serre de Pérou (Ardèche)

*L'Etat Major régional (département)

Comme nous l'avons indiqué dans le chapitre précédent, les départements étaient appelés régions et étaient dirigés un Etat Major régional à la tête duquel se trouve un triangle de commandement régional : CE (Commissaire aux Effectifs), CO (Commissaire à l'Organisation) et CT (Commissaire Technique).

La création de l'EM régional ne sera pas en même temps partout sur le territoire et leur création se fera à l'initiative de responsables locaux. Par exemple dans l'Allier, l'EM sera créé en juin 1943 suite à la création du maquis Hoche. Dans le Cantal, l'EM sera créé le 28 novembre 1943 suite à la constitution d'un corps-francs FTP trois mois auparavant, alors qu'en Charente dès 1941 les FTP sont constitués et entrés en action.

Souvent les départements étaient initialement divisés en quatre zones qui étaient appelées des Sous-secteurs (ex. en Dordogne ou en Creuse) ou des Secteurs (ex. dans l'Allier). Les membres de l'EMR se répartissaient entre eux la gestion des compagnies ou des détachements composant ces secteurs et étaient donc les seuls interlocuteurs des chefs.

Le prochain article sera consacré aux principes de fonctionnement des FTP.

 

Pour suivre la série d'articles consacrés aux FTP, consultez le sommaire ci-dessous et abonnez-vous au blog !

Pour suivre la série d'articles consacrés aux FTP, consultez le sommaire ci-dessous et abonnez-vous au blog !

Commenter cet article