27 mai : journée nationale de la Résistance

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Une loi du 19 juillet 2013 a instauré comme journée nationale de la Résistance le 27 mai, jour anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance.

La création effective du Conseil National de la Résistance date du mois de mai 1943, puisqu'elle est formellement entérinée par la première réunion parisienne de ses premiers membres, le 27 mai 1943. Elle fut néanmoins préalablement formalisée par les Nouvelles Instructions du 21 février 1943.
Bien que dans l'imaginaire collectif, le CNR demeure attaché à la personne de son fondateur, Jean Moulin, l'institution connaîtra des présidences diverses : d'abord celle de Georges Bidault, puis celle du syndicaliste Louis Saillant, assorties de certains remaniements, comme de moments de flottement.
Le CNR représente la consécration de l'unité de la Résistance puisque la tenue de sa réunion inaugurale écarte tout risque de scission. De plus, il convient de souligner le retentissement de la première réunion dans les capitales alliées : le souvenir de la désastreuse Campagne de France y est effacé au profit d'un vent nouveau et impertinent de courage soufflant sur les patriotes de tous les pays occupés. A n'en pas douter non plus, elle signera le renforcement du prestige du général de Gaulle, reléguant les échecs des premiers combats des troupes de la France libre, sévèrement réprimées par l'armée de Vichy, aux oubliettes d'un temps révolu.

http://www.museedelaresistanceenligne.org/expo.php?expo=73&theme=137

Entrée de Jean ZAY au Panthéon :

Le 27 mai 2015, à l'occasion de la journée nationale de la Résistance, l'ancien ministre socialiste Jean ZAY va entrer au Panthéon.

L'instauration de l'Etat Français sera l'occasion de mettre en place une politique d'éradication du Front Populaire au sens propre comme au sens figuré. Ainsi par exemple le 26 juillet 1941, l'ancien ministre du Front Populaire Marx DORMOY d'origine montluçonnaise est assassiné par d'anciens cagoulards à l'aide d'une bombe à retardement. Le procès de Riom mené en février 1942 avait pour but de démontrer les responsabilités politiques dans la défaite de 1940. Les inculpés seront notamment Léon BLUM ancien président du Conseil du Front Populaire, Edouard DALADIER ancien ministre de la Guerre, Maurice GAMELIN ancien chef de l'Etat-Major, Guy LA CHAMBRE ancien ministre de l'Air et Robert JACOMET ancien contrôleur général de l'administration des Armées.

Portrait de Jean ZAY

Portrait de Jean ZAY

Jean ZAY, ancien ministre de l'Education nationale sous le Front Populaire, est condamné le 4 octobre 1940 pour désertion, puis interné dans la prison de Riom. Le 20 juin 1944, trois miliciens viennent le chercher et l'emmènent à la carrière des Malavaux à l'est de Cusset où ils l'assassinent. Son corps ne sera retrouvé que le 22 septembre 1946, mais ne sera identifié que le 5 avril 1948.

Localisation de la carrière des Malavaux

Articles du journal Valmy lors de la découverte du corps de Jean ZAY, puis lors de son identification.Articles du journal Valmy lors de la découverte du corps de Jean ZAY, puis lors de son identification.

Articles du journal Valmy lors de la découverte du corps de Jean ZAY, puis lors de son identification.

Pour aller plus loin :

Commenter cet article