Essai sur la migration des BILLET de Saulzet

Publié le par Henri-Ferréol BILLY

Comme tant d'autres familles, les BILLET de Saulzet ne sont pas restés cantonnés dans leur village d'origine. L'évolution de la société, des raisons patrimoniales ou la recherche de mariages extérieurs les ont poussé à migrer.

Il serait trop ardu de faire une analyse de façon précise de leurs mouvements migratoires, mais on peut tenter d'en faire une analyse globale.

Pour rappel, l'origine des BILLET de Saulzet :

Saulzet, petit village à 5 km au nord de Gannat, semble être le lieu d’origine des BILLET de la région de Gannat. En 1416, un premier membre de la famille est signalé à Saulzet : Jehan BILHET ou BILHIET, propriétaire d’une « vinhe au terreur de la Garde es Blans » et d’une autre « au terreur du Puy de Sauzet ». En 1501, dans le terrier d’Escurolles on relève « messire Jehan BILHET » qui « est notaire royal habitant de Sozet ». En 1569, Nicolas DE NICOLAY évoque « le prieuré de Sauzet, possédé par maistre Louis BILHET ». Les archives de la cure de Saulzet, révèlent un testament d’Antoine BILLET, curé de Saulzet du 6 août 1607. En 1623 un acte notarial de Gannat cite Anthoinette, Pierre, Quintien et Anthoine BILHET. En 1626, Anthoinette est de nouveau citée comme cousine de Gilbert GOIRAND dans le même acte qu’Albin, Blaise et Gilbert BILHET. Veuve de Gilbert AYMARD, elle teste en 1627. A partir de cette période, des recoupements commencent à devenir possibles grâce aux contrats notariés, puis, à partir de seulement 1674, grâce aux registres paroissiaux.

http://histoire-et-genealogie.over-blog.com/2015/01/essai-sur-les-billet-de-saulzet-et-leurs-descendants-billy-d-escurolles-de-st-pont-et-d-orleans-billiet-de-gannat-et-billie-de-nice

Saulzet sur une carte d'état-major du XIXe

Saulzet sur une carte d'état-major du XIXe

Cartographie des migrations :

Une carte (cf. ci-dessous), réalisée à l'aide des données issues de mon logiciel de généalogie, permet d'avoir un aperçu de la localisation des descendants directs des BILLET de Saulzet.

A partir des années 1670, on retrouve des BILLET originaires de Saulzet dans les villes ou les villages alentours (5 à 10 Km de distance). Il s'agit essentiellement de Gannat, Saint-Pont, Escurolles et Broût-Vernet où des foyers familiaux s'installent. On peut également noter l'apparition d'un foyer à Brugheas (à 19 Km) à partir de 1635 qui se déplacera ensuite dans le Puy-de-Dôme à St-Sylvestre-Pragoulin vers 1735.

A partir des années 1720, apparaissent d'autres foyers soit toujours dans des villages proches (Jenzat, Vendat) soit dans des villes éloignées : Cusset (22 Km) et Moulins (52 Km).

Dans les années 1750, on constate que les mariages se font toujours au plan local, mais certains à des distances un peu plus importantes du foyer (Charroux, Vicq, Naves...).

A partir des années 1770, un nouveau foyer apparaît à Contigny (à 29 Km de Saulzet) et on constate les mariages de deux soeurs dans l'actuel département de la Saône-et-Loire.

Il faut se remettre dans le contexte de l'époque où les chemins et les routes n'étaient pas ou peu entretenus et où la majorité des trajets s'effectuaient à pied. Un simple trajet de 10 Km pouvait devenir une véritable expédition. Seuls ceux qui avaient un peu de pécule pouvaient espérer monter dans une diligence pour aller à la ville.

Avec la Révolution française, ce sont deux foyers éloignés qui apparaissent avec l'installation de soldats : l'un se marie à Nice (1793), où il s'installera durablement, tandis qu'autre se marie à Rochefort (1798) avant d'aller à Montargis où ses descendants d'où ses descendants iront s'établir à Orléans, l'un d'eux ira même s'installer jusqu'à Clermont-Ferrand dans les années 1850 où il cohabitera sans le savoir avec un de ses cousins éloignés.

Les années 1820 voient quelques migrations vers Clermont-Ferrand, qui seront renforcées par le déployement du chemin de fer dans les années 1850. Apparaissent ainsi des foyers de cheminots notamment à Varennes-sur-Allier, ainsi que des foyers dans des villes plus éloignées comme Paris.

Si on regarde bien la partie sud de l'Allier, on constate que les foyers se sont essentiellement développés dans un triangle comprenant Gannat au sud-ouest, Cusset au sud-est et St-Pourçain-sur-Sioule au nord, le reste de l'Allier étant relativement ignoré. Ceci montre que les descendants restent malgré tout concentrés dans leur zone d'origine, tout en privilégiant la région de plaine autour de la rivière Allier.

Le XXe siècle voit, comme dans toutes les familles, un éclatement des foyers sur quasiment tout le territoire métropolitain, voir quelques présences en Afrique du Nord notamment au début du siècle.

Comment lire la carte ?

Chaque puce représente une commune, et la couleur de la puce donne un ordre d'idée du nombre de descendants directs (c'est à dire les porteurs du nom) qui y ont vécu.

En cliquant sur une puce apparait une petite fenêtre apportant des données générales sur les individus qui y ont vécu. Pour comprendre les données de chaque petite fenêtre, il faut lire la petite notice explicative ci-dessous.

Notice explicative

Notice explicative

Petite conclusion :

L'examen plus détaillée de certains branches familiales (c'est au programme) permettra d'étudier plus précisement les causes des migrations, notamment au XIXe siècle, et de voir différents types de mutations : celles dues à la Révolution françaises, celles vers les grandes villes pour causes de pauvreté, celles dues au chemin de fer ou encore l'attirance de Paris.

Publié dans Généalogie

Commenter cet article